Anses : usage des antibiotiques

Mise à jour : 25 juin 2014

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire)
diffuse un rapport sur les risques d’antibiorésistance
associés aux usages des antibiotiques chez les animaux.

Les recommandations de ce rapport de l’Anses seront sans doute en partie reprises
dans un décret d’application de la loi d’avenir sur « les restrictions à apporter à la prescription et la délivrance des antibiotiques ».

Recommandations générales de l'Anses :
- « D’abandonner l’usage des antibiotiques en prévention » dans toutes les espèces (y compris chez les animaux de compagnie),

-  D'encadrer la métaphylaxie avec notamment des indicateurs de décisions thérapeutiques,

- « D’encadrer et de restreindre au dernier recours l’usage des céphalosporines de dernière  génération (C3G/C4G) et des fluoroquinolones » (ce qui devrait les exclure d’une prescription sans examen clinique),

- « De privilégier l’usage d’antibiotiques à spectre étroit ».  Cela implique, par exemple, de réduire l’usage des associations d’antibiotiques basées sur l’élargissement du spectre,

-  D’améliorer les valeurs prédictives des antibiogrammes (qui ont aujourd’hui une valeur plus épidémiologique que thérapeutique).

Pour l’Anses, le rapport bénéfice/risque de l’antibioprévention est défavorable car :
-  Le risque de sélection des résistances dans la flore commensale est toujours présent  (comme pour tout usage d’un antibiotique),

-  Le bénéfice est incertain, car la présence du pathogène n’est pas certaine, mais suspectée.

Recommandation par filière ou espèce
Le rapport recense pour chaque filière les « pratiques à risque à abandonner » ou « à encadrer » en soulignant quelques points forts pour chaque espèce animale :

- Chiens-chats : abandonner l’antibioprophylaxie dans les chirurgies de convenance et restreindre le recours à des antibiotiques humains,

Plus de détails
www.anses.fr/fr/documents/SANT2011sa0071Ra.pdf.