L’obligation de formation continue des vétérinaires sanitaires


Occupant une place essentielle dans le dispositif de sécurité sanitaire du pays, les vétérinaires sanitaires sont soumis à une obligation de formation continue minimale. Précisions.


 

Praticiens auxquels l’Etat a confié des missions dans le domaine de la santé publique vétérinaire, notamment en matière de surveillance, de prévention ou de lutte contre les maladies animales réglementées, les vétérinaires sanitaires sont tenus, chaque année, de se soumettre à des sessions de formation continue. L’arrêté du 16 mars 2007 « relatif aux obligations en matière de formation continue nécessaire à l’exercice des missions du vétérinaire sanitaire » en précisait les contours pour les filières bovine, ovine et caprine, volailles et porcine. Il a été complété par un nouvel arrêté, en date du 21 septembre, pour la filière équine.

 
 

Chaque région définit son programme

 

Tous les vétérinaires concernés doivent ainsi participer au programme de formation continue proposé par le ministère chargé de l’agriculture : deux demi-journées ou soirées par cycle de cinq années s’il est en activité sur au moins une des filières bovine, ovine et caprine, volailles ou porcine ; une demi-journée ou soirée par cycle de cinq années s’il est « en activité en filière équine » et « sans activité dans au moins l’une des autres filières susmentionnées ».

 

Dans ce cadre, chaque région définit son programme de formation. Pour les Hauts-de-France, par exemple, il a été, pour cette année 2018, le résultat d’une concertation entre la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt) l’OVVT (Organisation vétérinaire à vocation technique) et les cinq DDPP (Directions départementales de la protection des populations). Il a lui-même été élaboré à partir du catalogue 2018 des formations proposé par l’ENSV (École nationale des services vétérinaires) dont le contenu a été validé par la DGAL (Direction générale de l’alimentation).

 

Exemples de formations : le vétérinaire sanitaire et le bien-être en élevage ; carnivores domestiques, la rage et vous ; la biosécurité en élevage ; maladies émergentes, vigilance ; lutte contre l’antibiorésistance ; prévention des zoonoses ; gestion pratique du médicament vétérinaire ; influenza aviaire, biosécurité et surveillance ; réalisation pratique de l’intradermotuberculination ; prélèvements et autopsie des volailles fermières.

 

Calendrier des formations spécifiques préalables pour l’obtention de l’habilitation sanitaire en France.

article formation veterinaire sanitaire

Source : www.ensv.fr

 

G.S